Brittany Maynard repousse la date de sa mort

Dans une vidéo qui a ému des milliers d'internautes, Brittany Maynard, atteinte d'un cancer en phase terminale, a annoncé qu'elle allait mettre fin à ses jours le 1er novembre.

Cette Californienne de 29 ans atteinte d'un cancer du cerveau incurable a touché l'Amérique après une vidéo postée sur son site Internet.

brittany-maynard-repousse-la-date-de-sa-mort-(2)

Elle y explique son choix de mourir dans la dignité. "Mon cancer va me tuer, et d'une façon terrible. Pouvoir mourir entourée de ma famille, disposant encore de tous mes esprits, que je suis destinée à perdre… est moins terrifiant".

Brittany Maynard venait de se marier lorsqu'elle a appris qu'il ne lui restait plus que six mois à vivre.

brittany-maynard-repousse-la-date-de-sa-mort-(3)

Face à ce cancer très agressif, qui lui ferait perdre son autonomie et endurer de terribles souffrances, elle a décidé de prendre le peu de contrôle qui lui restait : déménager avec ses proches en Oregon, l'un des cinq Etats américains ayant légalisé le suicide assisté.

brittany-maynard-repousse-la-date-de-sa-mort-(1)

Un médecin peut désormais lui prescrire les médicaments qui lui permettront de mettre fin à ses jours comme elle le souhaite, dans sa chambre, entourée des siens.

Brittany Maynard a décidé de reporter cette date fatidique.

brittany-maynard-repousse-la-date-de-sa-mort5

Brittany Maynard a beaucoup changé physiquement à cause de la maladie et des traitements.

 

Se sentant encore "suffisamment bien", la jeune femme a décidé de se donner un peu de temps.

"Je partage assez de joie et de sourires avec ma famille et mes amis pour me dire que le bon moment n'est pas encore arrivé, a-t-elle déclaré dans une nouvelle vidéo de six minutes. Mais le moment approche car je me sens de plus en plus malade. Si le 2 novembre arrive et que je suis morte, j’espère que ma famille sera fière de moi. Et si le 2 novembre arrive et que je suis toujours vivante, alors je sais que nous continuerons d’avancer comme une famille aimante, et que la décision viendra".

Un témoignage poignant qui prend une résonance particulière alors que le 2 novembre est la Journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité.

Source : Metronews