S3XE : les 25 pratiques que les hommes font mais que les femmes DÉTESTENT !!!

Nous devons protester collectivement contre l’apparition de manoeuvres masculines bizarres mais que ceux-ci trouvent parfaitement normales.

s3xe-les-25-pratiques-que-les-hommes-font-mais-que-les-femmes-detestent

En voilà quelques-uns parmi les plus répandus ...

1. Une mauvaise façon d’embrasser qui perdure.
Les gars. S’il vous plaît, arrêtez de mordre et de lécher comme vous le faites, ou encore d’enfoncer votre visage dans notre bouche. On l’a compris, vous êtes à fond, mais cette démonstration est-elle bien utile ? Embrassez en douceur mais sachez manier le bâton.

2. Finir à tout va.
Il faut choisir le bon endroit et le bon moment. Personnellement, j’estime qu’il faut d’abord demander, mais certains de mes amies pensent que cela peut se faire naturellement. Quoiqu’il en soit, merci de ne pas le faire sur nos "roploplo" ou notre visage, ou tout autre endroit d’ailleurs, à moins que l’occasion s’y prête absolument. Vous n’êtes pas Miyagi dans “Karaté Kid”. Et on n’est pas là pour reproduire des scènes de combat.

3. Changement de position toutes les deux minutes.
On est bien là où on est. Qui cherchez-vous à impressionner comme ça ? Au lieu de chercher à alterner les positions toutes les 30 secondes, détendez-vous.

4. L’amateur de position unique.
En parallèle, ce n’est pas la peine d’essayer de se mettre derrière nous dès que l’opportunité se présente. On comprend bien que c’est là que vous voulez finir. Mais allons-y progressivement, d’accord ?

5. Massage, succion en tout genre.
Vous êtes un appareil de mammographie ? Non ? Alors, arrêtez de les examiner avec les mains et la bouche. On a l’impression que vous recherchez une tumeur. Contentez-vous de vous occuper soigneusement ... des ma melons. C’est tout. On ne demande rien d’autre.

6. Quand les hommes s’enthousiasment un peu trop pour leurs pratiques avec la bouche.
On apprécie vraiment que vous aimiez faire ça, mais on n’a pas forcément besoin que vous passiez trente minutes en bas, à essayer de jouer avec notre "clicli "comme d’un instrument. C’est trop. La qualité prime sur la quantité.

7. Manier sa langue comme une arme.
Ceux qui donnent des petits coups secs avec leur langue vont au désastre. Calmez-vous. Essayez quelque chose d’autre, quelque chose de plus doux. Et par pitié, n’essayez plus d’épeler l’alphabet !

8. Ceux qui essaient de mordiller le lobe de l’oreille mais finissent par la lécher et reproduire l’effet du doigt mouillé.
C’est sympa de mordre. C’est sympa de sucer un peu. Mais les manoeuvres de petite brute, c’est dégoûtant. Merci de ne pas glisser non plus à l'intérieur de l'oreille.

9. L’usage abusif des doigts.
Nous ne sommes pas des choses dans lesquelles il faut plonger. Nous sommes des personnes. Il n’y a aucun trésor au pied de l’arc-en-ciel et aucun cadenas dont vos doigts possèdent la clé. Arrêtez ça.

10. Les pressions répétées sur le "clicli".
On sait que vous avez joué à beaucoup de jeux vidéo, mais cela justifie-t-il d’appuyer à cet endroit comme sur le bouton “B” de la manette ? Il ne répondra pas à ces pressions brutales et répétées. Il n’a pas de code de triche.

11. Quand les hommes s’acharnent à trouver notre point ... G.
Essayer de nous faire exploser, est tout à votre honneur ; mais là, c’est plutôt de la vessie dont vous vous approchez dangereusement.

12. Chercher à nous étouffer sans prévenir.
Ne tentez pas de nous faire suffoquer, ou avant même que nous posions votre main sur notre gorge. C’est mieux de demander, ou au moins d’hésiter avant de faire le geste.

13. Les hommes peu doués pour le langage cru et qui persistent à l’utiliser.
Ils vous disent en douceur que vous êtes une put*n, et forcément vous vous dites “euh non”. Ou ils vous parlent comme s’ils improvisaient une chanson salace , du genre “j’adore quand tu [bip] mon [bip], espèce de [bip]“. Si vous ne savez pas parler cru, contentez-vous de glousser comme tout le monde.

14. Ceux qui demandent plusieurs fois si on l'a atteint.
Si vous le demandez, c’est que vous connaissez déjà la réponse.

15. Ceux qui demandent si ça va au moindre geste qu’ils font.
On apprécie l’attention, mais pas les pauses extrêmement inconfortables. Cessez de dire “tu aimes ça ?” à chaque mouvement. Vous le saurez si on n’aime pas ça.

16. Les hommes qui appuient sur notre tête pendant que nous sommes ... plus bas.
Nous ne sommes pas des machines. Je répète, nous ne sommes pas des machines.

17. Les hommes qui veulent simplement voir jusqu’où ils peuvent aller.
Les fessées, la suffocation, les griffures et les morsures peuvent être amusantes. Mais elles le sont beaucoup moins si elles sont pratiquées sans douceur,ou  si elles font peur.

18. Les hommes qui ne comprennent pas que l’usage des mots “coquine - b*te - ch*tte” doit se faire en contexte.
Personne n’a besoin d’entendre le mot “b*te” plusieurs fois par jour : arrêtez donc de le répéter. Là encore, il y a le bon endroit et le bon moment pour employer un langage cru. Quand ce sera le bon moment, vous le saurez. Si vous pensez que c’est toujours le bon moment, ce n’est sans doute pas le cas. Et ne dites pas “coquine”. On dirait Austin Powers.

19. Quand il n’y a vraiment aucun son.
A bien y réfléchir, trop de mots crus sont toujours mieux que rien. Pourquoi êtes-vous si calmes ?! Êtes-vous un moine louche ? Êtes-vous un personnage de la série “The Leftovers”? Parlez, bon sang ! Fredonnez ! TOUT MAIS PAS CE SILENCE.

20. Essayer d’introduire des choses en douce dans ... notre Q.
On a compris. Vous voulez le faire. Demandez, alors. Arrêtez de faire comme si c’était arrivé par accident ou parce que vous avez trop bu.

21. Quand les hommes griffent un peu trop notre dos.
Notre dos n’est pas une toile servant à exprimer votre statut. Nous ne sommes pas des grattoirs. C’est sympa de griffer un peu. Trop griffer c'est trop.

22. Agir tout comme si vous vouliez en extraire du jus.
Pas la peine de sucer les lèvres, le "clicli" et le reste comme s’ils contenaient quelque chose que vous voulez obtenir. On a vraiment l’impression de subir un examen clinique suspect. Restez-en aux bases et ne tentez pas de remplir votre bouche au maximum ; ce n’est pas nécessaire.

23. Essayer à chaque fois d'aller au plus profond, comme s’il s’agissait d’un concours.
A l'intérieur il n'y a pas de buzzer qui nous fait déclencher quand vous le touchez. En revanche, ça fait mal et c’est plutôt désagréable.

24. Dire que vous n’aimez pas les capotes, en mettre un quand même, et essayer de l’enlever toutes les cinq minutes.
On ne les aime pas non plus. Mais ils permettent d’éviter pleins de problèmes, vous voyez ?· C’est ça, la réalité. · Soit vous le mettez et vous ne dites rien, soit vous vous passez de nous. Cessez de vouloir être un ninja de la capote et de la faire tomber “soudainement”. Vous n’êtes pas un ninja. Toutes vos manoeuvres en douce, on les voit et on les sent.

25. Quand nous sommes au-dessus et que les hommes essaient de contrôler la situation.
Les gars. Toutes ces rotations, ces massages avec le pouce et ces frottements pour nous faire exploser sont de bonne intention, mais vraiment inutiles. Si nous sommes au-dessus, c’est qu’il y a une RAISON alors laissez-nous faire.