L'ado qui voulait nettoyer les océans ... lève 2 millions de dollars pour son projet

A 16 ans, Boyan Slat imagine un dispositif pour purger les océans des détritus qui y pullulent. Aujourd'hui Ocean Clean-up est en phase de test, grâce à 2 millions de dollars de financement.

C’est à 16 ans, lors de vacances en Grèce, que le jeune néerlandais Boyan Slat découvre les tonnes de plastique qui polluent les mers. Effrayé par l’ampleur de ce dégât environnemental et frustré de ne trouver aucun projet de grande ampleur en place pour dépolluer l’océan, il n’est qu’au lycée lorsqu’il décide de consacrer six mois à la compréhension du phénomène.
Il faut sauver baleines, oiseaux marins et poissons qui s'obstruent l'estomac avec les bouts de plastiques

Ce phénomène, c’est la concentration de déchets plastiques charriés par différents courants marins, convergeant les uns vers les autres et formant des gyres, ces zones de tourbillons permanents.

Au cœur des cinq principaux gyres océaniques, des milliers de tonnes de détritus bloqués, qui mettent si longtemps à se décomposer qu’ils forment de ce que les scientifiques nomment des continents de déchets. Des débris de plastique responsables de tuer baleines, oiseaux marins et poissons, qui s’empoisonnent ou s’obstruent l’estomac les en ingérant.

lado-qui-voulait-nettoyer-les-oceans-leve-2-millions-de-dollars-pour-son-projet-(1)

En image de synthèse, l'une des futures plates-formes d'extraction des déchets

 

lado-qui-voulait-nettoyer-les-oceans-leve-2-millions-de-dollars-pour-son-projet-(2)

Une image de synthèse du projet, comme vu d'avion, avec les barrières en "V" qui collectent les déchets

 

lado-qui-voulait-nettoyer-les-oceans-leve-2-millions-de-dollars-pour-son-projet-(3)

Les pointes des "V" des barrières (ici en images de synthèse) devront être attachées sur le fond océanique

 

lado-qui-voulait-nettoyer-les-oceans-leve-2-millions-de-dollars-pour-son-projet-(4)

Les barrières flottantes de Ocean Clean-up (ici dans un test) doivent survivre à des conditions extrêmes et être assez souples pour suivre le mouvement des océans

 

lado-qui-voulait-nettoyer-les-oceans-leve-2-millions-de-dollars-pour-son-projet-(5)

Le jeune néerlandais Boyan Slat est l'inventeur de Ocean Clean-up, un dispositif de grande envergure pour nettoyer les déchets accumulés dans les océans

 

lado-qui-voulait-nettoyer-les-oceans-leve-2-millions-de-dollars-pour-son-projet-(6)

Le système inventé par Boyan Slat est constitué de barrières flottantes et orientées en "V" qui sont attachées sur le fond des océans

 

lado-qui-voulait-nettoyer-les-oceans-leve-2-millions-de-dollars-pour-son-projet-(7)

Fort du soutien de 38.000 donateurs, des tests à échelle réelle de Ocean Clean-up ont été déployés et une première expédition est prévue pour Juin 2015.

 

lado-qui-voulait-nettoyer-les-oceans-leve-2-millions-de-dollars-pour-son-projet-(8)

Boyan Slat estime que chacun des 5 gyres océaniques, où s'agrègent les déchets, pourrait être nettoyé dans un délai de 5 à 10 an. Il promet même un recyclage des détritus récoltés

 

Les recherches et les réflexions de Boyan Slat (né en 1994) le mènent vers un système passif de nettoyage, qu’il présente en 2012 à l’université de Delft, en Hollande. Ce système est constitué de barrières flottantes, orientées en V, et qui est attaché sur le fond marin. Ces barrières flottantes permettent de rassembler le plastique, en utilisant les courants marins naturels. Une fois arrivé au centre du V, une plate-forme peut extraire efficacement les déchets.

LAURÉAT. Avec son invention, Boyan remporte le prix de la Meilleure Conception Technique de l'université de Technologie de Delft, et est reconnu comme l'un des vingt plus prometteurs jeunes entrepreneurs du monde en 2013.

Ocean Clean-up a reçu le soutien de 38.000 donateurs

Dans son projet, la partie la plus difficile du processus d'ingénierie est la conception des barrières flottantes. Ces larges panneaux plongés en profondeur sont censés survivre à des conditions extrêmes, mais aussi être assez souples pour pouvoir suivre le mouvement des océans. Et elles doivent être sans danger pour la faune et la flore.

Autant de défis techniques que le jeune homme, plein de ressources, relève. Allure de flibustier, maîtrise des réseaux sociaux, il se lance dans la communication: sa première campagne de financement participatif lui permet de s'entourer de quelques cent scientifiques, pour arriver à publier, en juin 2014, une étude de faisabilité technique complète.

RECONNAISSANCE. Son projet gagne alors en reconnaissance, et lui permet ensuite de récolter en 100 jours les deux millions de dollars nécessaires pour commencer les tests. Avec le soutien de 38.000 donateurs, 100 bénévoles qui sont principalement des scientifiques et des ingénieurs, et pas moins de treize entreprises partenaires, Ocean Clean-up est désormais sur les rails : "Avec ce financement, une série de tests à l'échelle est déployée, avec dans peu de temps une plate-forme d'extraction de plastique pleinement opérationnelle", explique l’un des bénévoles.

La première expédition est prévue pour Juin 2015, et partira des Bermudes vers l’océan atlantique nord" - un bénévole de Ocean Clean-up.

Boyan Slat estime que chaque gyre océanique pourrait être nettoyé dans un délai de 5 à 10 ans, et promet même un recyclage des déchets récolté. Un challenge de taille pour le jeune homme qui ne voulait plus nager entre deux sacs plastiques.