Le mystère du triangle des Bermudes ... la science fait taire les fantasmes !

Le triangle des Bermudes, c'est une zone virtuelle située entre la Floride, Porto-Rico et l'archipel des Bermudes, dans l'Atlantique.

On ne compte plus le nombre d'ouvrages de fiction et de théories bizarres échafaudées autour de ce lieu où, dit-on, il y aurait davantage de disparitions et phénomènes mystérieux qu'ailleurs (bien que cette statistique n'ait jamais pu être démontrée).

Évidemment, cela ne laisse pas la science indifférente, après tout, c'est son boulot d'expliquer l'inexpliqué, même quand il donne lieu à de nombreux délires en tout genre.

A-t-on trouvé une explication aux nombreuses disparitions dans le fameux triangle des Bermudes ?

Des scientifiques russes font un parallèle entre ce phénomène et la découverte d'un cratère géant en Sibérie ... leur point commun ? Le méthane.

Explications ...

Perturbations magnétiques et émissions de méthane venu du fond des océans font partie des explications les plus en vogue. La seconde vient d'être renforcée par un élément récent dans ces fameux cratères sibériens.

le-mystere-du-triangle-des-bermudes-la-science-fait-taire-les-fantasmes

L'affaire des cratères de Sibérie, c'était quoi ?

On a découvert un, puis plusieurs trous gigantesques et bizarrement réguliers dans le permafrost de cette région aride et froide. Extraterrestres ? Créatures du centre de la Terre ? Missile perdu ?

Que nenni ! Fin juillet, la revue "Nature" publiait une explication du phénomène selon les scientifiques Russes chargés d'enquêter sur ces faits : le dégel du permafrost, provoqué par les étés particulièrement chauds des deux dernières années, qui aurait permis à des "bulles" de méthane prisonnières sous la surface de se libérer d'un coup, créant les fameux cratères. E.T. pouvait rentrer à la maison.

Ce n'est pas la première fois que l'on lie la Sibérie, le méthane et le triangle.

Déjà en 2009, des géologues russes avaient émis l'hypothèse que ce gaz, libéré par des mouvements tectoniques, pouvait faire baisser la densité de l'eau, provoquant le naufrage des navires, ou encore en se dégageant sous forme de nuage qui, cette fois, amènerait les avions à s'écraser.

"Il est probable que des cratères similaires se forment dans l'océan du fait de la décomposition de gaz hydrates", reconnaît Vladimir Romanovsky, géophysicien spécialiste du permafrost à l'université de l'Alaska.

Que la terre dégage des gaz comme un vulgaire pet de lapin, c'est quand même moins poétique qu'une invasion d'aliens, une Atlantide cachée ou des failles spatio-temporelles, non ? Mais évidemment, c'est là toute la différence entre la science... et la science-fiction.